Home > Inspiration visuelle

Virtual Dream Center : musée virtuel pour visite sensorielle

Imaginez pouvoir vous immerger à tout moment dans des œuvres d’art sans avoir à vous déplacer jusque dans un musée. Avec le projet Virtuel Dream Center, ce rêve est sur le point de devenir réalité. En effet, ce lieu d’exposition entièrement en ligne sera accessible à tous dès le printemps 2016. Les explications de Jean-Baptiste Lenglet, directeur artistique et co-fondateur du projet.

 

Virtual Dream Center est une réponse possible au manque d’espaces d’exposition ou à l’impossibilité pour l’amateur d’art de pouvoir s’y rendre. La solution à un problème de matérialité en somme. Au point de rendre le musée « physique » obsolète ?

Je ne crois pas que l’enjeu de Virtual Dream Center soit de remplacer les lieux d’expositions réels, mais plutôt de les compléter. Par exemple, notre exposition de Jonathan Meese ne concurrence pas une présentation réelle de ses peintures. C’est plus un catalogue monographique virtuel.

Par contre, les œuvres créées spécifiquement pour le centre, sont et resteront exclusivement virtuelles. Elles ne remplacent donc pas des œuvres réelles, car elles sont tout autant réelles que des peintures ou des sculptures. C’est juste un nouveau genre de réalité, qui correspond à notre mode de vie contemporain.

Copyright Jonathan Meese & Virtual Dream Center
Copyright Jonathan Meese & Virtual Dream Center

Qui est le public du Virtual Dream Center ?

Nous espérons que notre public sera large et ne se restreindra pas aux visiteurs de musées réels. Par le biais d’Internet et du langage des jeux vidéo, nous cherchons à attirer un public jeune, curieux de nouveautés technologiques. Pour ce qui est de la programmation du centre d’art, nous exposerons des artistes de nationalités et de générations différentes. Nous travaillons déjà avec plusieurs artistes américains et allemands. Aujourd’hui, le développement de l’art passe résolument par Internet. Nous ne sommes plus rattachés à un pays, mais à un espace dématérialisé qui permet d’abolir les distances.

"Le virtuel n’a pas de limite, ce qui nous donne la possibilité de créer des espaces impossibles, sans avoir de contraintes économiques ou physiques."

En dématérialisant le lieu « musée », vous en faites une entité modulable, transformable où l’espace occupe pourtant une place centrale. Quelle est la part de reproduction du réel dans ce projet et de sa réinterprétation virtuelle ?

La modélisation 3D nous intéresse car elle renvoie à une expérience physique du monde. Mais à la différence de la plupart des musées virtuels qui existent sur Internet, nous ne voulons pas nous contraindre à la reproduction du réel. Le virtuel n’a pas de limite, ce qui nous donne la possibilité de créer des espaces impossibles, sans avoir de contraintes économiques ou physiques. Virtual Dream Center aura cet aspect illusionniste. C’est très enthousiasmant en termes de créativité.

Anne Charlotte Yver & Virtual Dream Center)
Anne Charlotte Yver & Virtual Dream Center

"Nous envisageons ce projet comme une immense œuvre artistique, et c’est peut-être là sa dimension utopique."

La dimension virtuelle de ce projet est assez explicite… Mais quelle est sa part de rêve, d’utopie ?

A l’origine Virtual Dream Center devait être une exposition dans un livre. Puis nous avons décidé d’approfondir notre principe, et de l’élargir à Internet. Nous sommes passés d’une exposition utopique à un centre d’art dématérialisé, qui présentera tout autant de l’art contemporain que de la musique ou de l’architecture. Notre volonté est d’être résolument multimédia, tout en continuant à organiser nos contenus d’une manière artisanale, en prenant du temps et en y apportant beaucoup de soin. Finalement nous envisageons ce projet comme une immense œuvre artistique, et c’est peut-être là sa dimension utopique.

L’initiative Virtual Dream Center emprunte à l’interactivité des jeux. Quel est le lien entre le Virtual Dream Center et cette nouvelle forme de création ?

Virtual Dream Center est basé sur le langage des jeux vidéo. C’est techniquement un jeu vidéo, mais sous une forme détournée et expérimentale : le joueur est plutôt un visiteur, qui se promène dans un centre d’art. Nous reprenons des principes déjà bien connus par les utilisateurs de Second Life ou Minecraft, mais en les développant sur mesure, par rapport à notre idée.

Quand pourrons nous pousser les portes de Virtual Dream Center ?

Nous allons bientôt lancer le site Internet, avec une version test qui ne présentera que l’exposition de Jonathan Meese. Nous espérons ensuite sortir l’ensemble du centre pour fin mars, début avril. La conception du projet est très longue, car nous devons avancer sur plusieurs aspects en même temps. Nous travaillons en ce moment avec deux game-designers, Merlin Ismet et Vianney Le Saux, pour la partie technique, et avec les artistes pour la conception des expositions. Notre équipe est composée de Jessica Boubetra, architecte et de Quentin Mornay, chargé de projet, de Lucie Rico, responsable interactivité. Je suis pour ma part en charge de la direction artistique.

 

Crédits : Copyright Jonathan Meese & Virtual Dream Center / Copyright Jonathan Meese & Virtual Dream Center / Copyright Anne Charlotte Yver & Virtual Dream Center / Copyright Antone Könst, Jon Merrit & Virtual Dream Center

 

Retourner aux articles ici


À propos de l'auteur
E.R. est critique d’art et commissaire d’exposition indépendante. Diplômée de l’Ecole du Louvre, elle vit et travaille entre Paris et Bruxelles.

Merci !


Nous avons bien reçu vos informations. Nous vous rappelons le plus rapidement possible.

Vous voulez plus? promotions, astuces, recevez le meilleur d'iStock en remplissant le formulaire ci-dessous.


Vous voulez plus ? Promotions, astuces, recevez le meilleur d’iStock en remplissant le formulaire ci-dessous.

 

X