Home > Témoignages des acteurs de la com’

Valérie Fabre, le sens par l’image

« La perception visuelle est le rapport le plus immédiat, le plus émotionnel que nous ayons au monde. » Valérie Fabre, fondatrice et présidente de l’agence française On veut du sens ! résume ainsi les motivations qui l’amènent jour après jour à mettre l’image au service de ses clients. Qu’il s’agisse d’univers de marque, d’innovations marketing ou de prospective, elle applique au quotidien le proverbe qui veut qu’une image vaille mille mots. Rencontre avec une professionnelle qui fait rimer iStock avec image de marque.

En feuilletant le portfolio de l’agence, on constate que l’image occupe une place très forte dans le travail de branding réalisé pour ses clients. Des catalogues aux réseaux sociaux en passant le packaging, la photographie est omniprésente dans les créations de votre agence: pourquoi ?

Le support prédominant de la communication est l’image parce qu’elle crée une relation immédiate entre l’émetteur et le récepteur. Nous voyons avant de comprendre : la puissance et la richesse de l’identité visuelle de votre entreprise sont fondamentales pour vous différencier. En un regard, ses composantes – logo, univers graphique, identité artistique – doivent synthétiser sa philosophie et inviter le « lecteur » dans son univers.
Pour ma part, je me suis donné pour mission de redonner du sens à une économie qui, à force de s’industrialiser, s’est désincarnée, résume la fondatrice de l’agence. Je privilégie donc les photos où l’humain est présent ou suggéré. J’ai la chance d’avoir des clients qui pensent, eux aussi, que leurs clients ne sont pas des cibles à chasser, mais des humains qui s’expriment dans leurs actes d’achat. Les images permettent de donner du sens à nos propos et d’entrer en résonance avec eux.

Dans cette quête de sens, pourquoi avoir fait appel à iStock by Getty Images ?

Les banques de données photos, et notamment iStock, offrent une large palette de propositions visuelles et il serait dommage de s’en passer. Dans mon quotidien, iStock est rapidement devenu un partenaire incontournable pour répondre aux impératifs auxquels font face nombre de mes clients.
Mes clients sont des organismes publics locaux, des gérants de PME ou de TPE qui ont compris qu’être petit n’était pas synonyme d’être amateur. J’insiste toujours pour que nous développions des projets qualitatifs mêmes si les budgets ne sont pas ceux des géants du secteur.

J’ai commencé ma carrière auprès des directions de grands groupes de luxe comme Porcelaine de Paris ou Christofle. Il est évident que lorsque je travaillais pour des noms comme Christian Lacroix ou Dior, j’avais accès à des ressources qui n’avaient rien à voir avec celles dont mes clients disposent aujourd’hui. Cependant, ça ne veut pas dire que l’on doive renoncer à une exigence de qualité similaire. Et ça, c’est aujourd’hui rendu possible grâce aux banques d’images, et iStock notamment.

Vos clients ne sont-ils pas surpris de vous voir collaborer avec des banques d’images, qui pâtissent parfois d’a priori négatifs ?

Beaucoup ont en tête les fameuses photos sur fond blanc et s’imaginent devoir payer des sommes folles pour des visuels quelconques. J’ai un truc pour les convaincre. Je leur propose deux maquettes : l’une intégrant leurs photos « faite maison » et l’autre des photos prises en studio ou issues de banques de données. Comme par magie, ils comprennent bien vite l’importance d’investir dans des images qualitatives. Il n’y a aucune comparaison possible.

Quel serait le degré de créativité que vous associez aujourd’hui aux banques d’images ?

Il y a encore dix ans, on y trouvait surtout des images formatées et trop posées pour être vraies. Aujourd’hui, les banques ouvrent leurs portfolios à de nouveaux photographes plus créatifs, plus artistiques, plus sensibles. De nouveaux concepts artistiques émergent et je trouve que c’est une piste intéressante à suivre.

Ces évolutions sont-elles cohérentes avec les demandes du secteur ?

Je suis convaincue que l’avenir sourira aux banques qui seront plus audacieuses en termes de créativité et d’inventivité. Elles devront en parallèle développer des moteurs de recherche plus conceptuels, plus émotionnels, plus intuitifs car chercher une image « émotionnelle » demande aujourd’hui encore beaucoup de temps. Et c’est qui manque de plus en plus dans notre monde : le temps, nécessaire pour pousser au maximum les projets qui nous tiennent à cœur. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir accès à une véritable équipe créative qui m’épaule, et c’est très stimulant.

Propos recueillis par Julia OSSELAND pour iStock by Getty Images


À propos de l'auteur
Diplômée de Sciences-Po Lyon et de HEC, consultante spécialisée en gestion de la créativité et en positionnement de marque pour les entreprises culturelles, Julia est directrice de publication du magazine "Plüm - A creative journey" et écrit notamment pour LVMH et L’Oréal.

Merci !


Nous avons bien reçu vos informations. Nous vous rappelons le plus rapidement possible.

Vous voulez plus? promotions, astuces, recevez le meilleur d'iStock en remplissant le formulaire ci-dessous.