Home > Inspiration visuelle

Le photo-collage ou l’art du recyclage

Tout a déjà été pris en photo et jamais nous n’avons été autant envahi d’images. Il n’y a plus rien à créer, mais bien tout à recycler. Et avec le collage, les images s’engendrent d’elles-mêmes, les champs des possibles se déploient à l’infini.

Le monde est un patchwork saturé d’images hétéroclites

Le collage s’introduit dans l’histoire de l’art avec, entre autres, les cubistes Picasso et Braque. La technique a ensuite traversé de multiples courants : surréalisme, dadaïsme, pop art, pour ne citer que les plus connus. Depuis, le collage n’a jamais cessé d’être contemporain. Désormais, il revêt de nouvelles formes avec la manipulation numérique et l’accessibilité aux images rendue immédiate par internet.

Le collage peut ainsi être défini comme le médium du 20ème siècle mais aussi du 21ème siècle, tant il évoque certains enjeux de nos sociétés modernes. Dans The Age of Collage 2, Noelia Hobeika indique que « l’excès est l’une des principales problématiques de notre temps, portée par le caractère insatiable du consumérisme ou encore l’impossibilité de traiter la quantité de déchets que nous produisons. Dans un monde déjà saturé d’images, a démarche de recyclage portée par le collage recèle un sens particulier. »  

Le collage peut également constituer une tentative de “mise à plat”, de lecture de nos sociétés. Le monde globalisé que nous connaissons ne serait en réalité qu’un patchwork d’éléments contrastés, souvent contradictoires, qui se superposent par couches successives, mais discontinues.

Kent Rogowski, Love = Love

Kent Rogowski donne une nouvelle vie aux puzzles en interchangeant leurs pièces. Ainsi, des images bucoliques sans grand intérêt se muent en paysages foisonnants, surréalistes et quasi abstraits.

Martha Rosler, Gladiators, de la série Bringing the War Home

Martha Rosler est célèbre pour ses collages critiques de la société moderne depuis les années 70’. Ici, images de guerre et de mobilier sont amenés à cohabiter sur une même surface. Ce collage brut dénonce l’invasion de la guerre dans la vie privée par les voies médiatiques telles que la télévision.

Le photo-collage : art du sampling ou construction destructrice ?

Le collage est à l’image ce que le sampling est à la musique : un processus de création fondé sur le remix de fragments, détournés de leurs contextes et réappropriés par l’artiste. Il est donc idéal pour l’expérimentation visuelle et l’association d’idées : de la collision d’images apparemment sans rapport surgit un sens inédit.

Jonathan Zawada, Brute Force, série PWND

Une image clichée et romantique de cygnes en forme de cœur sert de parure à un avion de chasse. Kitsch et sarcastique.

John Stezaker, Mask XXXV

Instinctivement, une association s’opère entre le visage et le paysage. Le jeu du masque oscille entre mystère et révélation : mystère du visage, dont on ne peut imaginer les traits, et révélation de l’âme, le “paysage intérieur”.

Fondamentalement subversif, le collage s’inspire d’une logique de transgression des codes, de détournement des règles, de construction fondée sur la destruction. Dans sa logique de construction destructrice, le collage peut être comparé à de la sculpture, mais en deux dimensions. D’ailleurs, de plus en plus d’artistes repoussent les limites du collage, intégrant les notions d’épaisseur, de fissure voire de pliage dans leurs œuvres.

Chez Dustin Yellin par exemple, le parallèle avec la sculpture est littéral. Dans ses psychogeographies, les fragments visuels sont autant d’atomes d’un être humanoïde. Il nous rappelle ainsi que la mémoire visuelle du monde est constitutive de notre humanité. Notre individualité n’est-elle qu’un collage ?

Beomsik Won – Archisculpture

Assemblage impossible de différents éléments urbains d’époques et cultures différentes, les archisculptures folles de Beomsik Won sont à l’image de nos paysages urbains modernes : discontinus. Ses oeuvres sont une référence directe à l’architecture déconstructiviste.

Lola Dupré

La technique de Lola Dupré consiste à “redigérer” l’image, à la recomposer par ses propres éléments. Elle réinterprète de façon grotesque et cauchemardesque des photographies de mode ou de personnalités célèbres.

Dustin Yellin – Psychogeographies

L’artiste a pour spécialité de combiner ses collages sur plusieurs couches de verres, ce qui lui permet d’obtenir des résultats en 3 dimensions.

Crédits :


À propos de l'auteur
Polymorphe, diplômée de Sciences Po et photographe plasticienne. Cultive l’indépendance et les collaborations éclectiques, avec les agence de communication comme les groupes de musique. Couteau-suisse chez Oh Ah (direction de création) et auprès d’UBTrends (prospective urbaine). Passion enthousiaste pour les images, l’exploration, l’expérimentation, l’échange libre des idées, tout ce qui sort du commun… et Franck Zappa.

Merci !


Nous avons bien reçu vos informations. Nous vous rappelons le plus rapidement possible.

Vous voulez plus? promotions, astuces, recevez le meilleur d'iStock en remplissant le formulaire ci-dessous.