Home > Astuces

Le gigapixel : mais qu’est-ce que c’est ?

Le gigapixel nous promet de plonger au cœur des plus beaux panoramas, naturels ou humains, afin d’y découvrir des détails insoupçonnés. Pour mieux comprendre cette expérience immersive digne de Star Trek, on vous explique comment fonctionnent les images gigapixel et surtout, comment les intégrer à votre stratégie de storytelling. 

Photographies gigapixel : un peu de technique pour mieux comprendre

Concrètement, une image gigapixel est une image composée par… un gigapixel, soit un milliard de pixels, ce qui équivaut environ à mille fois la précision d’un petit appareil photo numérique d’entrée de gamme à 1 mégapixel. À titre de comparaison, Phase One annonçait en janvier 2016 le lancement sur le marché de l’appareil numérique le plus puissant, le XF 100 MP, d’une précision de 100 mégapixels, pour la modique somme de 40 000 euros. Et sa définition reste donc mathématiquement dix fois inférieure à celle du gigapixel.

Comment donc atteindre le gigapixel, voire les 320 gigapixels de cette incroyable photographie de Londres ? C’est simple, il suffit de prendre de nombreuses photos en HD que l’on assemble ensuite sur ordinateur. Pour Londres, 48 640 clichés ont été pris sur une période de trois jours. Il aura ensuite fallu trois mois pour les traiter et les assembler dans une seule image. Si on devait imprimer celle-ci à sa résolution normale, elle ne mesurerait pas moins de 23 mètres sur 98 : de quoi couvrir la surface de Buckingham Palace.

La puissance des processeurs permet donc dorénavant d’obtenir des clichés qui restaient jusqu’à présent l’apanage de satellites et des télescopes.  Nous avons tous vécu l’expérience offerte par Google Earth, ce plongeon vertigineux depuis l’espace jusqu’à la porte d’entrée de notre domicile. C’est à cette immersion que nous invite la généralisation de la technologie gigapixel que l’on retrouve aujourd’hui jusque sur les sites des professionnels de l’image, comme iStock.

Le gigapixel, nouvel atout « Wow ! » des storytellers

Les sceptiques diront qu’une image d’un ou plusieurs gigapixels, c’est bien joli, mais que cela ne sert strictement à rien dans la vie de tous les jours. Erreur ! Imaginez que l’on couple la technologie gigapixel et la réalité virtuelle. On permet dorénavant aux utilisateurs de casques de RV de plonger au cœur d’une image. Il suffit, pour naviguer d’un détail à l’autre, d’utiliser l’interface du casque. On peut également inclure du rich média sur certaines zones de la photographie, activables à la demande par l’utilisateur.

Ce sont les muséums d’histoire naturelle qui ont les premiers l’idée d’intégrer les images gigapixels dans l’expérience de leurs visiteurs. Le Carnegie Museum of Natural History entraîne ainsi les spectateurs à la découverte de pétroglyphes retrouvés dans le désert d’Arabie Saoudite. Dans ce projet intitulé Stories in the rock, les hyènes, les lions et les gazelles se dévoilent peu à peu en zoomant sur les dessins gravés il y a plus de 6 000 ans. Dans The Big Bone Room, ce sont les collections de fossiles du musée qui étaient accessibles en image gigapixel.

L’intérêt d’utiliser les images gigapixels est multiple. Il s’agit également d’un formidable outil pour faire interagir le public avec du contenu de marque. La possibilité de s’immerger dans une image est une véritable opportunité d’explorer un univers riche et complexe. Ces photographies permettent de présenter du contenu sous une forme surprenante et engageante, notamment via l’intégration, ici aussi, de rich media. Le gigapixel est enfin une façon nouvelle d’aborder le stoytelling par l’image. Les zooms successifs correspondent à autant de nouvelles étapes dans le processus narratif, ce qui permet à l’utilisateur de s’attarder sur les éléments qui l’intéressent avant de poursuivre son exploration.

La technologie gigapixel n’en est qu’à ses premiers pas et ouvre des horizons de créativité aussi infinis que ses possibilités technologiques.


À propos de l'auteur
Diplômée de Sciences-Po Lyon et de HEC, consultante spécialisée en gestion de la créativité et en positionnement de marque pour les entreprises culturelles, Julia est directrice de publication du magazine "Plüm - A creative journey" et écrit notamment pour LVMH et L’Oréal.

Merci !


Nous avons bien reçu vos informations. Nous vous rappelons le plus rapidement possible.

Vous voulez plus? promotions, astuces, recevez le meilleur d'iStock en remplissant le formulaire ci-dessous.


Vous voulez plus ? Promotions, astuces, recevez le meilleur d’iStock en remplissant le formulaire ci-dessous.

 

X