Home > Témoignages des acteurs de la com’

« La réalité virtuelle va exploser dans la publicité » , Romaric Manovelli de Digital Immersion

Pionnier de la vidéo 360 et de la RV à l’échelle européenne, Digital Immersion travaille avec les plus grandes marques pour créer des expériences immersives uniques. Rencontre avec Romaric Manovelli, Directeur Commercial et Producteur.

Romaric, toi qui es dans le milieu depuis une dizaine d’années, peux-tu nous dire quel a été l’apport des casques dans le milieu de la vidéo 360° ?

Par rapport à la vidéo 360°, la RV permet une expérience immersive totale. Le casque a donné tout son sens à la production de contenus. Depuis un an, on l’utilise énormément, notamment dans l’évènementiel. Aujourd’hui, il n’y a plus un salon professionnel et grand public sans un stand de RV. Et on découvre au fur et à mesure des nouvelles possibilités d’utilisation, par exemple dans l’éducation, la formation professionnelle ou même le voyage.

Un exemple en particulier ?

Digital Immersion a travaillé avec TF1 Production sur une série de films à 360° pour Club Med afin de présenter les lieux, les équipes et les loisirs. Ces vidéos sont destinées à accompagner les vendeurs en boutiques à travers une expérience immersive avec des GEAR VR. Les clients mettent le casque et peuvent visiter les club Med de Kani, Finohulu, Cancun, pour optimiser leur processus de décision.

Qui domine ce marché à l’heure actuelle? Les chaines de télévision sont-elles à la page ?

Les chaînes TV, à l’heure actuelle, n’ont pas encore réfléchi à des programmes basés sur la réalité virtuelle mais l’utilisent plutôt comme un complément de leurs contenus TV. Nous avons par exemple travaillé sur un live streaming 360 avec Canal+ durant un match de boxe, où le spectateur se retrouvait au bord du ring, et plus récemment, réalisé la même expérience avec le défilé Balenciaga. TF1 également se positionne également sur des contenus additionnels avec par exemple « Vie Politique » ou « Ninja Warriors ». Nous avons également travaillé sur l‘émission @360, où l’on retrouve des séquences à la TV synchronisées avec  l’expérience à 360° à vivre sur tablette/mobile via une application.

Aujourd’hui, il n’y a qu’Arte qui s’est véritablement positionné depuis environ deux ans  comme une chaine de la réalité virtuelle, en cofinançant des projets de documentaires et de fictions et en développant une application RV.

C’est donc un marché qui sera fortement dominé par les géants du web…

Totalement : tout d’abord Google avec  Youtube 360 et bientôt Daydream, mais aussi Sony qui va faire très mal avec son PS network car ils ont déjà un nombre d’utilisateurs conséquents qui va basculer et qui a également cette double culture gaming/audiovisuelle. Et puis bien sûr Amazon, Hulu Netflix. Ces géants ont une dimension mondiale qui fait que les chaines nationales vont se retrouver… en bout de chaîne !

« La réalité virtuelle, tout le monde veut en faire, mais il faut d’abord apprendre à la maîtriser, de A à Z »

La RV fait beaucoup rêver, mais peut-elle véritablement être appliquée dans tous les domaines ?

Dans certains domaines, ça semble très compliqué. Si on prend le foot par exemple, aujourd’hui ça n’existe pas pour des questions techniques, financières et en terme d’expérience utilisateur. Et dans 10 ans, je ne pense pas non plus. Un match de foot, ça va vite, ça bouge beaucoup, c’est très compliqué à mettre en place. On m’a par exemple déjà suggéré de mettre une caméra 360 à l’intérieur du ballon. Mais bon, tout le monde va vomir ! (rires) Donc c’est aussi l’effet pervers de tout nouveau media : tout le monde veut en faire, mais il faut apprendre à le maîtriser, de A à Z. Et il faut se faire une raison : il y a des choses qui ne marchent pas et ne marcheront jamais.

La réalité virtuelle est en pleine expansion. Y-a-t-il une démocratisation de l’accès à la production de contenus ? Notamment au niveau des médias ?

Il y a clairement une appétence pour le medium, bien que plusieurs écueils restent à dépasser. Le premier concerne le matériel : il n’existe pas encore véritablement de zone semi-professionnelle entre le bricolage et la vrai production de qualité. Il faut tout de suite mettre les moyens et faire appel à des professionnels. Le premier appareil qui permettra aux journalistes d’être relativement autonomes est la Nikon Keymission 4K, la première caméra semi professionnelle.

D’un côté donc la question du matériel, mais également une autre approche conceptuelle, en terme de storytelling par exemple.

La différence est effectivement énorme par rapports aux vidéos « classiques ».
On travaille avec 2 points de vues : le point de vue subjectif, essentiel pour la réalité virtuelle, et le point de vue « Ghost », qui est plus flexible, qui se balade et qui assiste à une scène comme on le verrait dans une pièce de théâtre- avec une zone d’intérêt plus grande que sur un écran de télévision donc. Du coup, le concept d’écriture d’une vidéo 360 est un mix entre le théâtre et le jeu vidéo.

« Aujourd’hui, la réalité virtuelle est le média le plus ROIste »

Quels sont les impacts potentiels de la RV dans les années à venir dans la publicité, la fiction ?

Au niveau de la publicité, ça va clairement exploser. Pour une raison très simple : c’est le seul medium existant qui est aussi ROIste. Et aujourd’hui, les marques veulent du ROI.

Un exemple concret : imaginez que vous pouvez mettre un casque et faire une visite d’appartement. On assiste à une scène de la vie de tous les jours, avec une famille. Et sur la table, une bouteille de Coca. Ça semble naturel, on ne le percevra même pas comme une pub. On peut donc réintégrer le produit dans des scènes sans que ce soit agressif. Mais surtout, on peut analyser combien de temps chaque personne a regardé la bouteille, quand, comment. C’est énorme.

Pour ce qui est des fictions, certains contenus vont être plus pertinent que d’autres. Prenons les films d’horreur : imaginez voir Freddy débarquer au bout du couloir pour vous attaquer ! Ça va être très excitant.

Et… provoquer des crises cardiaques.

Haha !

Merci beaucoup Romaric pour ces insights !

Avec plaisir !


À propos de l'auteur
Consultant en communication et concepteur-rédacteur, Yacine Kouhen coache managers et speakers d’organisations européennes et internationales (Banque mondiale, TED Talks), ainsi que d’entreprises multinationales (Bayer, Linklaters).

Merci !


Nous avons bien reçu vos informations. Nous vous rappelons le plus rapidement possible.

Vous voulez plus? promotions, astuces, recevez le meilleur d'iStock en remplissant le formulaire ci-dessous.