Home > Astuces

Faire soi-même son cinemagraph : mode d’emploi !

Le cinemagraph est une aubaine pour les marques en quête de campagnes marketing créatives et engageantes. Coup de chance, créer son cinémagraph, c’est possible… et facile !

Le cinemagraph, genre particulier de gif, consiste à animer en boucle qu’un détail de l’image. Jamie Beck et Kevin Burg, duo de créatifs, ont été à l’origine du concept en 2011, lors de la Fashion Week. Le cinemagraph a alors connu un essor formidable auprès des marques de luxe et lifestyle.
Le cinemagraph : une expérience sensorielle au service des marques

cinemagraph

Jamie Beck & Keving Burg pour Chanel

Le cinemagraph a tout d’abord permis aux marques de luxe de valoriser la texture et fluidité des tissus, l’éclat des surfaces brillantes… mais aussi de sublimer le mannequin. Mais loin de se cantonner au seul univers de la mode, le cinemagraph donne l’opportunité à n’importe quelle marque de créer des contenus engageants et des campagnes marketing digitales créatives.

Les réseaux sociaux l’ont bien compris et ne cessent d’améliorer l’intégration du format à leur plateforme. De fait, cinemagraph apporte un éclat immersif à une photographie tout en restant bien moins coûteux qu’une vidéo. Avec son animation localisée, il attire l’attention sur un simple détail, ce qui est idéal pour mettre en valeur une qualité donnée d’un produit.

Enfin, l’effet hypnotique de l’animation en boucle captive le spectateur et ajoute de la vie aux plateformes web statiques. Finies les bannières bariolées, frénétiques et invasives appelant (vainement) au clic, place aux photographies animées subtiles… et irrésistibles !

cinemagraph

Cinemagraph pour Coca-Cola. Il a été partagé et « liké » plus de 80 000 fois sur tumblr.

Idéal pour évoquer des sensations, un cinemagraph crée une analogie de sens entre le liquide d’une canette et l’eau du bassin. Et quoi de mieux que cette goutte d’eau coulant éternellement sur cette tomate bien rouge pour mettre en valeur la fraîcheur du produit ?

cinemagraph

Jamie Beck & Keving Burg pour Gilt Taste, magazine dédié à l’alimentation et au vin

cinemagraph

Tilen Sepic pour l’imprimante 3D LOV3D Delta.

Ici, le cinemagraph met en valeur l’élégance et la précision de la technologie d’une imprimante 3D spécifique (à trois bras). Loin de la publicité pour consommables ou de l’imaginaire du luxe, le cinemagraph ne laisse de sublimer le mouvement et capter le regard sur un détail à forte puissance évocatrice.

Créer son cinemagraph : un jeu d’enfant ?

Produire une photographie animée est peu coûteux et ne demande pas de compétences techniques exceptionnelles. Plusieurs applications dédiées existent pour smartphone.

– La plus connue, Cinemagraph par Flixel, est uniquement disponible sur les périphériques Apple (Mac, iPhone, iPad) ;

– Son équivalent Windows se nomme Cliplets;

– D’autres applications, souvent gratuites, existent, mais ne sont pas aussi complètes ;

– Enfin, pour les inconditionnels de Photoshop, ce tutoriel explique la marche à suivre.

Toutefois, peu importe la solution que vous choisissez, 3 règles préalables sont indispensables pour réussir votre cinemagraph :

1. Procurez-vous un trépied !

Assurez-vous que votre appareil photo ou téléphone soit immobile pour stabiliser votre vidéo.

2. Pensez boucle !

Privilégiez des mouvements simples ou aléatoires (de la fumée, un coup de vent, de l’eau…), qui peuvent fonctionner en boucle. Le mouvement que vous allez filmer doit pouvoir revenir à son point de départ.

Ainsi, dans l’exemple suivant, l’animation est certes simple, mais donner l’effet de boucle demande une grade précision.

cinemagraph

Daria Khoroshavina pour son projet Kitchen Ghosts

3. Jouez sur l’effet de surprise

L’intérêt du cinemagraph réside dans le contraste entre détail animé et ensemble statique. Les cinemagraphs les plus créatifs sont les plus inattendus : ce qui est animé est un détail « banal », en opposition à un élément supposé être en mouvement (un véhicule par exemple).

cinemagraph

François Sola pour son projet métrologif.

La créativité de ce cinemagraph réside dans l’effet de surprise de l’animation, puisque c’est le reflet qui est animé et non la personne. Grâce à l’animation localisée, ce qui aurait pu rester un portrait ou une vidéo classique devient une image étrange et fantastique.


À propos de l'auteur
Polymorphe, diplômée de Sciences Po et photographe plasticienne. Cultive l’indépendance et les collaborations éclectiques, avec les agence de communication comme les groupes de musique. Couteau-suisse chez Oh Ah (direction de création) et auprès d’UBTrends (prospective urbaine). Passion enthousiaste pour les images, l’exploration, l’expérimentation, l’échange libre des idées, tout ce qui sort du commun… et Franck Zappa.

Merci !


Nous avons bien reçu vos informations. Nous vous rappelons le plus rapidement possible.

Vous voulez plus? promotions, astuces, recevez le meilleur d'iStock en remplissant le formulaire ci-dessous.