Home > Nos événements iStock

Concours photo French Collection : l’avis des jurés !

Le concours « French Collection » est clos ! Du 1er au 31 mars, une centaine de photographes a pu partager ses propres visions de ce qu’était un « moment à la française ». Et le succès a été au rendez-vous.

Concours photo French Collection : 6 jurés, 1 gagnante !

Plus de 800 contributions ont été soumises au concours « French Collection » et évaluées par un jury composé de six professionnels de l’image :

  • Björn Bollensdorff, président et co-fondateur de Panono
  • Thierry Grouleaud, directeur général adjoint et directeur du pôle production de Havas Paris
  • Hugo Cals, directeur créatif de l’agence RAPP
  • Reza Bassiri, directeur de la création et associé de l’agence Carré Noir
  • Jérôme Galland, photographe spécialisé dans l’art de vivre
  • Zohra Mokhtari, directrice de la photographie chez Grazia.

Si chaque juré a voté pour ses photographies favorites, quatre d’entre elles ont fait la différence et une a remporté l’adhésion : « Face à l’horizon », de la lauréate Salwa Laurand, qui a donc remporté le premier prix  : un Panono, un appareil photo 360° haute résolution !

Retour sur les perceptions du jury quant à l’interprétation du thème « moment à la française », et leurs photographies préférées.

« La France a été plutôt interprétée au regard de ses régions, de ses terroirs. »

Hugo Cals

Les régions mise à l’honneur

La France ne se limite pas à Paris et la Tour Eiffel : les contributions ont laissé une grande place à la nature, les paysages. Les régions ont été mises à l’honneur, un constat partagé par plusieurs des membres du jury. Ainsi Hugo Cals s’attendait « à des photos plus urbaines. La France a été plutôt interprétée au regard de ses régions, de ses terroirs. »

C’est spécifiquement le cas de la photo « La conquête du Mont Saint Michel » par Vincent de Louvigny, qui cite un monument du patrimoine régional. « Cette plage immaculée et ce cavalier se dirigeant vers le Mont Saint-Michel symbolisent l’alliance du style et de la connexion à la nature. À mes yeux, cela représente vraiment un ‘moment à la française’ », estime Björn Bollensdorff.

De même, sans être explicite, la photographie de Salwa Laurand « Face à l’horizon », prise à Nice, évoque une scène typique du sud de la France, « intemporelle » selon les mots de Reza Bassiri. Une photographie « très juste, mais sans caricature », renchérit Hugo Cals, lui-même Niçois.

Des moments à la française placés sous le signe de la suggestion

Plus étonnant encore. Si les termes initiaux du concours évoquaient des moments partagés mettant en avant la diversité des Français, les photos préférées des jurés ne relèvent pas du portrait. Les personnages y sont présents, mais évoqués : silhouettes, figures floues ou de dos. Une grande place est laissée au cadre, l’atmosphère et la lumière. Les moments ne sont pas explicités, mais évoqués, de manière à ce que le spectateur puisse se les réapproprier.

« Je n’aime pas les photos qui veulent m’apprendre quelque chose. Les photos qui m’ont parlées sont celles qui amènent sur de fausses routes, qui sont ouvertes à l’interprétation. Je peux me raconter une histoire à travers ces photos, cela ouvre mon imaginaire »

Thierry Grouleaud

Cet aspect a été décisif dans le vote du jury : « Je n’aime pas les photos qui veulent m’apprendre quelque chose. Les photos qui m’ont parlé sont celles qui amènent sur de fausses routes, qui sont ouvertes à l’interprétation. Je peux me raconter une histoire à travers ces photos, cela ouvre mon imaginaire » estime Thierry Grouleaud.

Ainsi, l’une des photographies ayant le plus retenu l’attention du jury est l’une des interprétations les plus libres du thème : « Vérone » d’Olivier Berhaut. Son cadrage particulier met en avant la gueule d’un chien, en opposition à deux personnages en arrière-plan, flous. La technique de construction de l’image est maîtrisée au service d’un point de vue surprenant.

L’émotion avant la technique

« La technique n’est rien sans le sujet, le cadre et la lumière. L’inverse n’est jamais le cas. Et si c’est techniquement bluffant, ça n’en est que mieux »

Jérôme Galland

L’émotion a été été un autre critère de sélection essentiel. « La technique n’est rien sans le sujet, le cadre et la lumière. L’inverse n’est jamais le cas. Et si c’est techniquement bluffant, ça n’en est que mieux » nous confie le photographe Jérôme Galland.

L’émotion est procurée par la spontanéité de la photographie et l’authenticité du moment immortalisé. Ainsi, photographier le Mont Saint Michel aurait pu amener à un résultat très cliché, à la limite de la carte postale, sans un point de vue personnel qui donne une prime à l’action du cavalier, faisant du monument un simple élément de contexte situé en arrière plan.

De même pour « Paris » de Karim Soufi. Si Paris est la ville des amoureux, cette photographie romantique mais sans emphase dépeint un moment simple de complicité et d’intimité. Le tout baigné par un éclat de lumière qui « poétise » le moment et fait toute la beauté de la photographie.

Les moments à la française : des moments de sérénité ?

« Une tendance nette ressort : le retour à l’intime, à l’instant de vie et à la spontanéité. Un des pouvoirs de la photographie est de rendre l’ordinaire extraordinaire. »

Reza Bassiri

À travers la simplicité des sujets, la douceur et le sentiment de bien-être qui s’en dégagent, les photographies soumises ne sont pas tant centrées sur l’« art de vivre » à la française, que sur des moments de plaisir simple et partagé. Une impression confirmée par Reza Bassiri : « Une tendance nette ressort : le retour à l’intime, à l’instant de vie et à la spontanéité. Un des pouvoirs de la photographie est de rendre l’ordinaire extraordinaire. »

Une certaine vision du bonheur, sans prétention.

 

Retrouvez le site du concours ici


À propos de l'auteur
Polymorphe, diplômée de Sciences Po et photographe plasticienne. Cultive l’indépendance et les collaborations éclectiques, avec les agence de communication comme les groupes de musique. Couteau-suisse chez Oh Ah (direction de création) et auprès d’UBTrends (prospective urbaine). Passion enthousiaste pour les images, l’exploration, l’expérimentation, l’échange libre des idées, tout ce qui sort du commun… et Franck Zappa.

Merci !


Nous avons bien reçu vos informations. Nous vous rappelons le plus rapidement possible.

Vous voulez plus? promotions, astuces, recevez le meilleur d'iStock en remplissant le formulaire ci-dessous.


Vous voulez plus ? Promotions, astuces, recevez le meilleur d’iStock en remplissant le formulaire ci-dessous.

 

X